lundi 9 novembre 2009

20 ans déjà!

Image hébergée par servimg.com

Il y a vingt ans hier, la chute du mur de Berlin symbolisait l'effondrement du bloc de l'Est et la mort du communisme en tant qu'aspiration des peuples. Cette année là, l'historien Américain Francis Fukuyama, longtemps étiqueté "néo-conservateur", osait décréter la fin de l'histoire et le succès de la démocratie libérale.

L'Histoire s'est-elle arrêtée? Vingt ans après, personne n'arrive à donner de réponse catégorique à cette question. La dissolution de l'URSS en 1991, mais aussi la fin de nombreuses dictatures sud-américaines, ont paru marqué un recul irrémédiable du totalitarisme dans le monde.

Selon le Human Security Report Project (une organisation Canadienne sur les grandes tendances politiques), il existait en 2005 environ 88 démocraties pour 195 états reconnus par l'ONU, soit une proportion approchant de plus en plus les 50%. Officiellement cependant, ce sont plus de 95% des états de la planète qui se réclament de la démocratie!

Image hébergée par servimg.com
Sur cette carte, les pays en bleu se disent démocratiques, et autoriser l'existence de groupes d'opposition.
(source: wikipédia, "démocratie")

Cette réalité peut nous conduire à nous interroger sur la pertinence du propos de Fukuyama. Si l'Histoire n'est pas finie, n'existe-t-il pas de facto un consensus démocratique dans le monde? Si même les tyrans se disent démocrates, de peut-on pas admettre que, de manière plus ou moins consciente, l'ensemble de l'humanité s'entend déjà pour plébisciter toujours plus de démocratie?

Comme l'explique le journaliste Ross Douthat dans le New York Times, la fin de l'Histoire fait peur, et l'on ressuscite volontiers le cours de celle-ci par le "choc des civilisations" ou le terrorisme. N'empêche qu'on peut aujourd'hui imaginer un statu quo quasi-permanent, voir même une lente mais constante amélioration, par le biais de la mondialisation économique et informatique.

Alors finie l'Histoire? Ce serait oublier les défaillances de nos sociétés actuelles. Si le consensus a été atteint sur la démocratie, les systèmes économiques et politiques restent discutables et discutés. Peu nombreux -et bienheureux- sont ceux qui peuvent se dire complètement libres dans le monde d'aujourd'hui. Le capitalisme déçoit toujours autant, et beaucoup continuent à y voir l'aliénation des classes les plus populaires, a fortiori dans les nations les moins développées. Les inégalités et les tensions sont aussi vivaces qu'à n'importe quelle époque, et les historiens sont donc encore loin d'être au chômage.

Alors pourquoi pense-t-on qu' "elle" est finie si ce ne peut être le cas? Peut-être parce qu'un consensus existe, pour la première fois dans l'Histoire, au niveau mondial. Une idée s'est enfin imposée. Les contours de ses principes sont encore flous, mais il a été admis que l'individu ne saurait être asservi à la communauté, que l'intérêt commun passe bel et bien par l'intérêt de chacun, qu'il n'y a pas, en d'autres termes, de raccourci commode pour cette fameuse "quête du bonheur" partie intégrante des droits de l'Homme. Et de faire naître un espoir donc, qui ne se lasse pas, que la fin approche effectivement.

Il faut dire aussi que l'espoir est partout. Aux Etats-Unis, après plusieurs millénaires, les fossés entre les hommes semblent -au moins symboliquement- s'être estompés, un phénomène incarné par un dirigeant admiré du monde entier ; en Europe, après 2000 ans de bains de sang, des peuples aussi différents que divers ont décidé de s'unifier sous la bannière d'une fédération qui n'est plus seulement économique ; en Chine, la possibilité d'une démocratisation continue à faire rêver une nouvelle classe moyenne ; en Amérique du Sud, on continue à panser les blessures des totalitarismes passés.

Finie l'Histoire? Non. Mais la volonté est bien là, et c'est déjà beaucoup.

Sources:
The New York Times: Life After the End of History
The New York Times: 20 Years of Collapse
Newsweek: The Wall and the End of History

1 commentaire:

jean-marc a dit…

Et oui, la différence entre une dictature et une démocratie?
La dictature, c'est "ferme ta gueule" et la démocratie c'est "cause toujours".
Quand les peuples auront compris que se prendre en main ce n'est pas confier son avenir, je pense que la démocratie ne sera plus de gauche ou de droite, mais elle sera là.